La filière française engagée
dans la lutte contre le changement climatique

My Positive Impact - Lauréat
 
Une éleveuse et une vache dans une prairie

Qu'est-ce que la "Ferme laitière bas carbone" ?

La "Ferme laitière bas carbone" est une initiative portée et développée par le CNIEL. Il vise à promouvoir des pratiques agricoles et des leviers d’action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des élevages laitiers français de 20% par litre de lait produit à l’horizon 2025.

Life Carbon Dairy, précurseur de la solution climat "Ferme laitière bas carbone"

C’est dans le cadre du programme Life Carbon Dairy, qui bénéficie du financement de l'Union européenne et du CASDAR, que s’est développé le diagnostic carbone nécessaire à la réalisation de la "Ferme Laitière bas carbone".

En savoir plus

A ce jour, 3 900 éleveurs de 6 grandes régions rentrent déjà dans un programme d’action dénommé Life Carbon Dairy. L’objectif de l'initiative portée ici par le CNIEL, la "Ferme laitière bas carbone" est d’impliquer les 60 000 élevages laitiers français, ce qui pourrait permettre d’économiser globalement 2 millions de tonnes de CO2 en 10 ans !

    La "Ferme laitière bas carbone" consiste à :
  • Réaliser dans chaque élevage un diagnostic des flux de gaz à effet de serre émis par la production laitière
  • Mettre en place un plan d’action adapté à chaque ferme et à son environnement (renforcer l’autonomie alimentaire des vaches en produisant un maximum de fourrages à la ferme, implanter davantage de trèfle et de luzerne, diminuer l’utilisation d’engrais chimique grâce au fumier et lisier issus de l’élevage, planter des haies...

L’objectif consiste, en fait, à élaborer la "feuille de route climatique" de la production laitière française pour les 10 prochaines années.

Deux vaches dans un pré

Un diagnostic environnement en élevage laitier, qu'est-ce que c'est ?

Le diagnostic environnement réalisé en élevage laitier consiste en une visite individuelle chez l’éleveur par un conseiller en élevage qui utilise l’outil CAP’2ER (outil d’évaluation et d’aide à la décision). Il permet d’estimer les émissions de gaz à effet de serre de l’élevage, ses consommations d’énergie, sa contribution à la biodiversité, mais aussi sa capacité nourricière (nombre de personnes nourries par l’élevage).

Des solutions techniques et scientifiques validées

Les 9 et 10 juin dernier, l'interprofession laitière (CNIEL), l'interprofession bétail et viande (INTERBEV), la Confédération nationale de l'élevage (CNE) et l’Institut de l’Elevage (IDELE), ont présenté leurs actions en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES)...

En savoir plus

Ce projet est porté par l’interprofession laitière, le CNIEL, qui mobilise les éleveurs laitiers, les entreprises laitières et les partenaires du conseil en élevage afin de créer une dynamique nationale autour de la "Ferme laitière bas carbone".

L’institut de l’élevage, assure la coordination technique du plan carbone et propose, en partenariat avec les acteurs du développement, des outils d’appui technique et d’amélioration des performances environnementales tel que CAP’2ER (outil d’évaluation environnementale et d’aide à la décision pour sensibiliser et engager une démarche de progrès en élevage bovin). Ces outils permettent aux éleveurs de connaître l’empreinte carbone du lait produit sur leur ferme, de se situer par rapport à des références, de disposer de cas-concret et références techniques et construire un plan d’action, adapté à leur contexte, pour réduire leurs émissions.

Deux vaches qui broutent de l'herbe

Elevage laitier et gaz à effet de serre : émission, compensation ?

Selon la FAO, la production laitière représente 2,9% des émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaine au niveau mondial. Ces élevages compensent eux-mêmes 30% de leurs émissions grâce au stockage de carbone sous prairies, haies et bosquets.
 
Sans stockage carbone
1 à 1,5 kg équivalent CO2
par litre de lait
 
Avec stockage carbone
0.7 à 1,2 kg équivalent CO2
par litre de lait

Les élevages laitiers français, très liés au sol, présentent un bon bilan écologique global

En savoir plus

    Un élevage laitier émet trois types de gaz à effet de serre : le méthane, le protoxyde d’azote, le dioxyde de carbone (CO2).
  • Le méthane, naturellement issu de la rumination représente à lui seul 50% de ces gaz à effet de serre. C’est le résultat de la digestion de la cellulose des fourrages que seuls les ruminants sont capables de valoriser. Il est également, dans une moindre mesure issu du stockage des déjections.
  • Le protoxyde d’azote, lié au stockage des effluents et à l’épandage des engrais minéraux et organiques.
  • Le CO2, lié à la consommation de fioul et d’électricité sur les fermes, à l’achat d’intrants (engrais, aliments, etc.), leur fabrication et le transport jusqu’à la ferme.

Si, comme toutes les activités humaines, l’élevage a une responsabilité dans l’émission de gaz à effet de serre, il a la particularité de compenser une partie de ses émissions. En effet, les sols des prairies, des haies et des bosquets de la ferme laitière stockent du CO2 : ce stockage représente en moyenne 30% des émissions de gaz à effet de serre de l’élevage laitier.

En 2013 la filière laitière s’est fixée pour objectif, de réduire encore les émissions de gaz à effet de serre par litre de lait de 20% en 10 ans.

Un éleveur et son troupeau de vaches

En savoir plus sur la filière laitière française

Une ferme laitière française c'est :

55 vaches laitières

345 000 litres de lait produits / an

92 hectares dont 33ha de prairies

54% sous forme sociétaire (GAEC/EARL)

Sources : RICA / France Agri Mer / Enquête annuelle laitière

67 400 exploitations laitières livrant du lait de vache

Ferme

24,6 milliards de litres de lait de vache collectés

Sources : Enquête annuelle laitière / Enquête mensuelle laitière

1 Français achète :

Consommation des français

Source : CNIEL d’après KantarWorldPanel (2013)

Carte de la France

99% du lait transformé sur le territoire français provient de la France

Source : CNIEL d'après Eurostat

250 000 emplois répartis sur tout le territoire

250 000 hommes et femmes travaillant pour la filière laitière française

Sources : CNIEL d’après ESANE / RICA / Enquête annuelle laitière

2,1% du lait de vache collecté est bioLogo Agriculture Biologique

50 AOP laitières françaises

50 AOC laitières françaises (dont 50 AOP)

Sources : Enquête Annuelle Laitière / Agreste / CNAOL

Utilisation du lait en France

Les différentes utilisations du lait en France

Source : CNIEL d’après FranceAgriMer (2013)

Du lait produit sur tout le territoire

Carte de la France

Un programme partenarial

Le CNIEL est l’interprofession de la filière lait de vache. Il facilite les relations entre producteurs et transformateurs. Le CNIEL est le lieu où les professionnels construisent ensemble des référentiels communs, notamment autour de l’économie laitière et la qualité du lait. Il communique et met en avant les atouts de la filière laitière française.

Il élabore une expertise scientifique (veille, programmes de recherche...) qui permet de renforcer la compétitivité des acteurs de la filière et de défendre du lait et des produits laitiers afin de développer la demande en France comme à l’export.

En partenariat avec les acteurs de la recherche et du développement, l’Institut de l’Elevage conduit des recherches, sur l’élevage des herbivores. Travaillant sur des thématiques telles que la production, l’environnement, la compétitivité, la qualité des produits ou l’économie des filières, l’Institut de l’Elevage aborde des sujets proches des questions de société et l’une de ses principales missions est la transmission des connaissances.

...Et en quelques chiffres : 30 thématiques étudiées – 500 publications et une quinzaine de journées techniques par an – une offre de 120 formations.

La "Ferme laitière bas carbone" lauréate du concours "My Positive Impact" de la Fondation Nicolas Hulot

Donner le pouvoir à ceux qui ont les solutions pour le climat en votant ! Telle est la volonté affichée du concours mené, dans le cadre de la COP 21, par la Fondation Nicolas Hulot, pour récompenser les projets que les citoyens jugent les plus performants pour lutter contre les effets du changement climatique.

Parmi 350 projets à caractère durable, la "Ferme laitière bas carbone", solution climat déposée par l’interprofession laitière (CNIEL) a été mise à l’agenda des solutions de la Fondation, puis proposée au vote des citoyens, et élue parmi les 5 premiers (4e place).